Ojura va en Norvège 2019

Ojura Klubben drar til Norge (Le club Ojura va en Norvège)

Du 27 juillet au 2 aout 2019, le club Ojura est allé sur les terres scandinaves découvrir l’orientation … (c’est juste un peu exagéré : certains connaissaient déjà !). Récit de ce séjour dans les contrées nordiques :

Ojura va en Norvège 2019

Samedi

Samedi, nous nous retrouvons en fin d’après-midi pour prendre nos quartiers dans les chalets aux toits végétalisés de Budor. Les plus courageux arrivent en pleine nuit, après une semaine en Suède où se sont déroulés les O-Ringen. La douceur des températures, le ciel sans nuage ainsi que les paysages apaisants de Budor annoncent un stage de toute beauté.

Dimanche

matin…

Le stage commence sur les chapeaux de roues, certains ayant à peine dormi. Nous débutons avec la séance boussole. Pour certains, comme Lison, Léo, Thomas, ou encore la famille Mérat, c’est une première sur les terrains scandinaves.

Lors du debrief organisé par Jurg, nous pouvons comparer nos traces GPS affichées sur la télé. Daria et JP se distinguent par leur précision à suivre le trait rouge, tandis que certains subissent leur première sortie de carte.

Les myrtilles sont là pour nous réconforter un peu partout en forêt et surtout sur notre passage.

Ojura va en Norvège 2019 : myrtilles pour tous
myrtilles pour tous dans les terrains norvégiens

après-midi …

La journée continue avec une balise humaine. Au départ, deux groupes (facile et technique) se constituent. Gilles nous fait une « Mina Kauppi » et ne trouvera jamais le troisième poste. Cette séance intensive nous permet de mesurer l’exigence technique des terrains typés scandinaves, où les lignes d’appuis sont rares.

Après l’entrainement, une voiture se remplit afin de dévaliser la supérette du coin, mais également pour récupérer Natalja au train à Hamar.

Lundi

matin…

Le deuxième jour s’annonce riche en entrainement, avec pour commencer une séance de suivi d’itinéraire. Malheureusement, le compteur des blessures s’enclenche avec une première entorse, pour Emilie. La séance sera écourtée par tout le monde sur une carte au 1/10’000 qui semblait plutôt être au 1/15’000.

après-midi …

Les orienteurs continuent avec une séance mass-start. Le niveau est au rendez-vous pour la sélection du relais prévu jeudi. Certains sont prêts à tout, même à déplacer un poste ! (non intentionnellement bien évidemment…) ! Cette erreur n’empêche pas Thomas, qui s’est bien imprégné des terrains norvégiens, de gagner les deux manches.

Ojura va en Norvège 2019 : départ en masse

… et nuit !

Le chalet Maxi (abritant les plus expérimentés) nous invitent chez eux pour un barbecue, dans une ambiance festive avec bain nordique sous les derniers rayons de soleil avant une dégradation pluvieuse annoncée pour le lendemain.

Nous en profitons pour envoyer un petit message en photo à une orienteuse jeune maman et à une (très) jeune orienteuse en devenir… Coucou Liv et Sandra !

Ojura va en Norvège 2019 : coucou Liv !
Coucou Liv !

Les plus courageux repartiront pour une balise humaine de nuit sur un rythme tranquille (enfin, pas tant que ça pour Victor). La séance sera écourtée dès la troisième balise pour Clément qui rejoint, avec son entorse, Emilie dans le clan des blessés.

Mardi

matin…

La matinée s’annonce pluvieuse, nous en profitons pour faire la grasse matinée avant d’entamer la longue distance de 12km. Le temps est humide et frais avec 20°C de moins que la veille. Les sorties de cartes sont nombreuses, avec même une sortie de l’écran TV lors de l’analyse de course !

Bravo à Natalja, Alina, François et Elliot qui sont venus à bout de cette longue séance.

après-midi…

Repos bien mérité pour l’après-midi avec sieste et farniente dans les chalets.

Le soir nous faisons l’habituel debriefing avec la visualisation des traces GPS de la longue distance du jour et la préparation de la séance croquis du lendemain. En effet il fallait dessiner sa carte qui nous permettrait de trouver les postes du lendemain.

Mercredi

matin…

La séance croquis qui n’était pas gagnée d’avance au vu des cartes de chacun semble réussie pour tous.

Certains profitent du palace des plus expérimentés pour une séance récupération dans le sauna.

après-midi…

Après la sieste des plus petits (et des plus grands aussi) toute la troupe d’orienteurs se dirige vers le site du relais. Au programme de l’ambiance et de la bonne humeur pour courir sur un terrain technique où la prudence était nécessaire pour faire une course propre. La pression est là, et tout le monde joue le jeu pour le plus grand plaisir des coureurs et spectateurs, des plus petits aux plus grands. Finalement, toutes les équipes sont récompensées !

Jeudi

matin…

Lever tôt pour la séance fenêtres, pour permettre à Emilie et Léo, ainsi qu’aux Mérat, de prendre la route cette après-midi. « Oulala … » telle fut la première impression en découvrant le tracé de Jurg. Cependant, l’affutage technique acquis pendant la semaine a permis aux coureurs de rentrer de cette difficile séance sans encombre. L’entraide et la précaution étaient de mise.

OULALA... regarde par la fenêtre !
séance fenêtre = oulala !!!!!!

après-midi…

Une demi-journée de repos, l’occasion de faire nos adieux aux membres qui partaient pour de nouvelles aventures. Certains en profitent pour faire du shopping en ville, d’autres pour découvrir les points d’intérêts à proximité de Budor, ou alors simplement recharger les batteries pour les dernières sorties sur les beaux terrains norvégiens.

Budor 2019 : yoga-orientation
mais que font donc ces orienteurs ?

… et nuit !

23h45, les orienteurs armés de frontales rentrent de la séance nuit….

La discussion autour de l’entrainement est encore vive, à n’en pas douter certains auront du mal à trouver le sommeil. Les plus aguerris ont dû puiser dans leurs compétences techniques pour arriver à bout de cette difficile séance nocturne.  Des rencontres bovines impromptues dans les pâtures ont données des sueurs froides à Lydiane.

Vendredi

matin…

Dernière séance du stage, une moyenne distance est au programme pour valider les acquis. Nous garons les voitures au stade de Budor, ça sera sur un profil descendant que les orienteurs tenteront de battre le temps d’Alina de l’an passé. Les corps usés par l’enchainement des entrainements, c’est avec courage que le petit groupe d’athlètes s’élance une dernière fois à l’assaut des marais scandinaves.

A l’arrivée, les impressions sont mitigées, sur un début de parcours technique sans ligne d’arrêt et peu de points distinctifs. Chloé pense avoir compris les secrets des terrains de Budor, une orientation complète qui demande des aptitudes au maniement de la boussole et à la lecture de carte. En effet, la fin de parcours était riche en éléments de reliefs, le comptage des marais étant définitivement terminé. « Facile physiquement » soutient Lydiane, au contraire de Tom qui finit dans le dur : le repos sera bien mérité. Quelques PM, de belles erreurs, mais Alina finit en trombe et améliore son temps de 2 minutes par rapport à l’an passé. Tout le monde finit avec un grand sourire, le déjeuner pique-nique est bienvenu avant de libérer les chalets et de partir vers de nouvelles aventures.club O

Fin du stage

Un grand merci à Jurg pour avoir mis en place ce stage de CO où certains ont pu découvrir la beauté des terrains norvégiens. Malgré quelques blessures et sorties de carte, tout le monde s’y est retrouvé sur des séances variées et intéressantes techniquement. Un hébergement au top et une super ambiance ont contribué à passer un séjour agréable au milieu des myrtilliers et marais Norvégiens. Une formule à renouveler sans aucun doute.

Budor 2019
Budor 2019